top of page

En immersion avec Grégoire, au sein de l'agence Granger - vins & spiritueux

Dernière mise à jour : 9 mai 2023


Découvrez l’Agence Granger - vins & spiritueux de l’intérieur. Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Grégoire, le fils et partenaire de Gilles Granger.


  • Bonjour Grégoire, peux-tu te présenter et nous dire le rôle que tu occupes dans au sein de l’agence

Bonjour, alors je m’appelle Grégoire Granger, j’ai 20 ans, je faisais du foot à haut niveau mais j’ai arrêté il y a un mois. J’ai fait un bac général. J’avais à cœur de travailler, de ne pas demander de l’argent à mes parents, alors j’ai commencé à Lidl et après j’ai travaillé avec mon père. Au début, j’allais l’aider pour l’administratif, l’été je faisais de la manutention et l’hiver je faisais les papiers cadeaux. Je fais ça depuis que j’ai 16-17 ans.

Je suis en école de commerce à Chambéry en deuxième année. Je finis les cours assez tôt ce qui me permet d’être disponible tous les soirs pour les expositions, les dégustations.

  • Actuellement tu es en école de commerce, mais tu n’as pas forcément une formation œnologique, comment envisages tu la suite de ton cursus ?

A la rentrée, j’arrive dans le monde du vin, soit je fais une formation à Lyon ou à Dijon. Elles me permettent de continuer ma licence sans perdre mes deux années. Les formations sont en alternance donc je pourrais allier l’agence à l’école

  • Ce doit être un réel challenge de travailler avec ton pères, Gilles, qui a une grande expérience dans le milieu.

Oui Oui, vous le connaissez, c’est une personne vraiment humble, je suis tombé dans sa bibliothèque, je le côtois toute la journée, il a réussi à tout me transmettre son savoir. C’est une réelle encyclopédie sur le vin. C’est vrai, quand t’es le fils Granger, il faut savoir répondre aux questions du vins. Ce n’est pas forcément évident à porter parce que tu as de la pression. Mais je progresse à 100 à l’heure avec lui, il m’ouvre pleins de portes, la pression oui, mais de la bonne pression !

  • Tu penses que travailler avec ton père c’est un avantage donc ?

Ce qui est génial et vrai, c’est qu’on est pareil de partout, quand on rentre à la maison et qu’on mange on parle boulot et au boulot on parle boulot. On est passionné. C’est un réel avantage, surtout dans le métier du vin, car c’est avant tout de la connaissance, et quand tu as un père qui a une bibliothèque avec des livres très pointus, qui à un savoir et te raconte des anecdotes sur le vin, tu progresse à 100 à l’heure.

  • Toi dans l’entreprise, quels sont tes objectifs ? tu veux t’inscrire dans cette agence sur le long terme ?

Oui clairement, je ne veux pas être présomptueux à dire que je veux reprendre le flambeau. Il me reste beaucoup de choses à apprendre, mais j’ai vraiment à cœur de m’inscrire dans l’entreprise. En travaillant avec mon père j’ai cette chance d’avoir une transparence avec lui sur l’agence. Par exemple sur les différents problèmes de l’entreprise, il m’en parle, j’y suis confronté. Je suis sensibilisé donc à ces problèmes et j’ai envie de régler ces problèmes et donc je suis tout le temps à penser entreprise.

  • Ça doit être un peu plus complexe sans cette formation en alternance ?

Dans la famille on dit qu’on aime bien être ferme. C’est mon truc à moi, donc j’ai été ferme (rire). Plus sérieusement j’ai à cœur de faire les choses biens, de progresser et d’aider mon père à fond.

  • Est-ce que ton père te laisse libre court pour t’exprimer, proposer des idées, des projets ?

J’ai carte blanche (rire), par exemple, j’ai développé une activité d’achat revente sur le vin. Aujourd’hui j’ai une plateforme de ventes aux enchères, j’ai un carnet d’adresses important autour de chez nous, ce qui fait que j’ai des leviers pour acheter des bouteilles à bons prix, et des leviers pour les vendre.

  • Donc certains contacts reconnaissent l’agence Granger à Grégoire et non pas à Gilles ?

Ah oui oui, la partie achat revente sur le terrain c’est moi qui m’en occupe, par exemple quand un collègue à mon père lui demande s’il n’a pas un peu de chartreuse, il le redirige vers moi ! (rire)

  • On avait eu le plaisir de vous voir au SIRA, quels sont vos prochaines échéances, vos prochains projets ?

On a Strasbourg Bordeaux et Monaco avec le CPV (Club des Professionnels du Vin), on a un contrat avec eux et donc on a accès à leurs salons gratuitement. On a un projet d’extension, on a à cœur de monter une agence qui puisse accueillir uniquement pour les dégustations. Pouvoir être en capacité de proposer un réel service de A à Z, et qu’une entreprise puisse venir faire un séminaire chez nous, par exemple accueillir Connect pour un événement par exemple.

  • Si on fait un focus sur toi, tu mêlais le sport de haut niveau, le football à Chambéry, et l’entreprise, comment tu t’organisais ?

Le vendredi avant c’était 8-17h les cours, 18- 20h entrainements, 21-2h dégustations. C’était très chargé, très énergivore, mais après il faut faire des concessions. Je prends du plaisir au boulot, aujourd’hui ce qui m’intéresses c’est de m’offrir des voyages, pouvoir me débrouiller tout seul, et c’est grâce au boulot que je vais pouvoir faire ça.

  • Tu n’as aucun regret avec ce choix donc ?

Aucunement, c’est une passion, je suis passionné de jours en jours. Par exemple la visite des domaines, on un contact avec des vignerons qui est très proche. Le fait d’accompagner le producteur, toucher la terre avec lui, c’est là que tu apprends le métier c’est là que tu prends du plaisir. Au-delà d’être un bon vendeur, faire voyager le client, répondre à des questions un peu curieuses grâce à ce contact direct avec les vignerons, c’est ce qui fait la différence et te fais encore plus aimer ton métier.


Merci à Grégoire pour cet entretien riche en informations et où l'on peut découvrir d'un peu plus près l'agence Granger - Vins & Spiritueux.

bottom of page